Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>
Philosophie - Nord

Philosophie - Nord

Philosophie - Nord

Information(s)

Lieu :

Université de la Réunion, campus du Moufia : salle 42-Faculté des Lettres

Le port du masque est obligatoire sur le campus.

Quand :

Les jeudis de 18h à 20h

- OCTOBRE : 14, 21, 28
- NOVEMBRE : 4, 18, 25
- DÉCEMBRE : 2, 9, 16

 

 

Le professeur : Geoffroy Lauvau

Philosopher avec les contes – Stéphane Gombaud

Andersen, un conteur et un penseur qui permet d'aborder des questions vives. L’objectif des séances envisagées ici est de partir du constat que les contes d’Andersen, plus ou moins connus de tous, sont une manière aisée de philosopher et d’entrer dans une réflexion profonde sans avoir besoin d’une technicité et d’une abstraction redoutables. Loin de l’image d’une philosophie comme domaine hermétique, il sera au contraire ici question de montrer que la philosophie se loge dans les contes les plus enfouis au creux de notre mémoire et de notre culture.

  1. Le vilain petit canard, Andersen et Bachelard sur le narcissisme
  2. Le vaillant soldat de plomb, Andersen, Alain et Spinoza sur l'existence des génies
  3. La petite fille aux allumettes, Andersen et Laurence Hansen-Love sur l'humanité et la violence faite aux plus faibles ; Le briquet, Andersen et Simone de Beauvoir sur la morale de l'ambiguïté
  4. La cloche, Andersen et Jankélévitch sur l'aventure
  5. Les habits neufs de l'empereur, Andersen et Ockham sur la crédulité et le principe de parcimonie

 

Quelle démocratie voulons-nous ? L’État-Providence en question – Geoffroy Lauvau

« Liberté, égalité, fraternité ». La devise républicaine n’est pas qu’un vain mot : elle signifie un « vivre-ensemble », un idéal de justice sociale où la fraternité équilibre la liberté et l’égalité. L’État républicain est en effet souvent défini comme un ensemble d’institutions qui ont pour fonction de limiter les inégalités au moyen d’une redistribution de richesses et de chances permettant de faire société en atténuant les effets d’un marché souvent présenté comme destructeur du lien social. Néanmoins, dans un contexte de contraintes économiques fortes, notamment liées au développement de la mondialisation et au relatif affaiblissement de l’État, il semble que le rôle redistributif de l’État pose problème, n’apparaît pas nécessairement comme légitime. Jusqu’à quel point peut-on alors encore aujourd’hui adhérer à une conception de l’État-Providence forgée pendant les trente glorieuses, pendant une période où l’État avait vraisemblablement encore les moyens de sa générosité sociale ? S’il « ne faut pas tout attendre de l’État », selon la phrase restée célèbre de Lionel Jospin en 1999, à quelle conception de la justice pouvons-nous, devons-nous croire ? Qu’est-ce qu’un contrat social démocratique ?

La proposition de ce cours a pour fonction d’interroger philosophiquement ce que signifie le contrat social en démocratie, notamment au plan économique et social.

  1. Le fondement du libéralisme : intérêt politique et intérêt économique de Locke à Smith.
  2. La critique rousseauiste de la société bourgeoise : État, chose publique et redistribution.
  3. L’imposture d’un État providence bourgeois : Marx et la critique de la justice sociale.
  4. Les inégalités peuvent-elles être justes ? Rawls et la société équitable.
  5.  Dépasser une approche économique du politique : Habermas et Honneth.

Conditions particulières

L'inscription au cours nécessite l'adhésion aux Amis de l'Université.

Informations de contact

Formules

Formules

Prestation
Montant
GRATUIT
Gratuit